Association Dona Beatriz

Dona Beatriz, héroïne de l’ombre

Dona Beatriz, héroïne de l’ombre…

Aujourd’hui, jeudi 12 septembre 2019, Dona Beatriz aurait eu 90 ans.

Dona Beatriz est une femme d’origine portugaise qui, comme tant d’autres femmes de sa génération, a dédié sa vie aux autres.
Etait-ce par choix ? Par plaisir ? Ou était-ce simplement parce qu’elle était d’une époque où les femmes ne se posaient pas de questions sur leurs envies, leurs épanouissements personnels, et qu’elles étaient naturellement destinées à leur seul rôle, qui était celui de s’occuper de leurs enfants et de leur famille ?

Ces femmes-là, ont ce “petit quelque chose ” de remarquable. Elles ont appris à s’oublier totalement en tant que femme, pour se réaliser au travers du dévouement qu’elles portent à leur famille.

Et pourtant, Dona Beatriz avait un rêve… depuis toujours…

Voyager à travers le monde ? Accomplir de grandes choses, comme rêve la plupart d’entre nous ?

Non, le rêve de Dona Beatriz était tout autre…
Dona Beatriz, elle, rêvait simplement de savoir lire et écrire, car, comme beaucoup de personnes de son âge ayant les mêmes origines, elle était analphabète.

Ses paroles nostalgiques résonnent encore en moi : « …Comme ce doit être merveilleux de savoir lire et écrire… Ne pas savoir, c’est comme être aveugle, c’est dépendre en permanence des autres, toujours… »

Il y a 1 an, lorsqu’elle nous a quittés, j’ai souhaité réaliser son rêve en créant une association qui porte son nom et qui a, pour vocation première, la lutte contre l’illettrisme et l’analphabétisme.

Aujourd’hui, l’Association Dona Beatriz œuvre prioritairement sur 2 grands projets.
Le premier est la mise en place d’un local socio-éducatif dans la petite ville de Paúl dans l’arrière-pays Centre du Portugal. Ce local permettra de redonner un peu de dignité aux séniors analphabètes en les accompagnant dans leur quotidien, mais aussi, d’aider les femmes à acquérir les compétences de base nécessaires pour trouver plus facilement un travail.
Le deuxième projet est de permettre au petit village de Avoh, village totalement isolé et situé dans la région Centre du Cameroun, d’accéder à l’électricité pour que les enfants des 50 familles qui vivent là-bas, puissent aller à l’école et faire leurs devoirs la nuit tombée.

Et à chaque étape, à chaque petite victoire de l’association, je revois son sourire…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *